Text Size

Chercher un article par mot clé

Réflexions de dernière minute

Catégorie : Accueil

photoJFete2015allegeeCette campagne présidentielle est surprenante et pleine de rebondissements. Qui s'en plaindrait ? Pour une fois qu'on nous offre un véritable choix, plutôt qu'un choix binaire.

Paradoxalement les analystes nous disent que l'abstention risque d'être très importante. C'est tout de même un comble !

Les Français ont un choix qu'ils n'ont pas eu depuis longtemps puisque 4 candidats sont « placés ». Plusieurs de ces candidats sont atypiques par rapport à l'offre « traditionnelle », et les abstentionnistes le seraient parce qu'ils ne trouvent pas leur propre point de vue dans l'offre qui leur est proposée…

Préfèrent-ils donc « l'offre » de Poutine, celle d' Erdogan, celle à laquelle bien d'autres populations sont confrontées ?

Ne pas savoir faire un choix, quand il est à notre disposition, me semble, excusez-moi, dangereux.

Certaines inactions mènent à des survenances irréversibles qui feront l'objet de regrets éternels mais stériles.

Ma seconde réflexion va vers ceux, les plus nombreux heureusement, qui n'en sont pas là.

Nous vivons, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, au sein d'une Union européenne, loin d'être finalisée, qui a certainement pris de fausses routes, mais qui tout de même nous a permis de vivre, dans notre France, en Europe de l'ouest, plus de 70 ans de paix. A part les U.S.A. (tiens une union d'états aussi, plus ancienne est plus aboutie elle), ou bien la Confédération Helvétique, il n'y a guère d'autres régions du monde où les populations puissent en dire autant. Et puis en dehors de la Paix, qui n'est quand-même pas rien, si nous voulons bien être lucides, nous avons eu la chance de vivre dans des pays où la démocratie n'est pas des plus mauvaises, où la liberté est énorme et où les conditions matérielles de vie, loin d'être parfaites pour tous, sont tout de même pour la grande majorité, parmi les meilleurs proposées sur notre terre.

Or dans le lot des quatre candidats « placés », deux, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélanchon, pensent qu'ils vont pouvoir amener nos 26 partenaires dans l'U.E. (Je ne parle déjà plus du Royaume Unis, doit-on encore dire ainsi?) à changer radicalement l'Union Européenne, sans monnaie commune (où en serions nous si elle ne nous avait pas protégé lors de la crise bancaire inouïe que nous avons vécus?), et au profit d'une juxtaposition d'états, qui se croiraient souverains. Ces deux candidats s'ils n'arrivent pas à leurs fins par la négociation (Rappelez vous, François Hollande prétendais tout changer… pas longtemps.) veulent tous simplement nous faire quitter et l'Euro et l'Europe. Quitter un navire qui connaît certes des avaries, mais tient encore bien la mer, pour embarquer dans un canot est-ce une solution raisonnable ? Ces deux candidats peuvent nous réserver de bonnes surprises ? La lecture de leurs programmes nous laissent bien peu de chances… Prétendre autre chose c'est rêver. Or le monde, et la finance internationale ne sont pas tendre pour les rêveurs.

Il en reste donc deux. L'un, François Fillon, qui a un programme très construit (à tel point qu'il est déjà contraint de le modifier avant même d'être élu) mais qui, sur l'Europe envisage de négocier mais pas de quitter. L'autre, Emmanuel Macron, convaincu du caractère indispensable de l'appartenance de la France à l'Union et à l'Euro. Ce qui ne l'empêche pas d'en reconnaître l'imperfection. Et il est certain qu'il souhaite faire avancer l'Union dans le bon sens. Certains disent que son programme est flou. Présenté plus tard que d'autres, il est probablement plus réaliste et plus souple. Est-ce vraiment un défaut ?

L'électeur dispose ici d'un véritable choix, l'un assez à droite, l'autre plus ouvert à gauche, mais d'un choix entre des projets qui tiennent compte du monde dans lequel nous vivons. Ces choix s'ils ne font pas rêver, permettront plus certainement à la France de tenir une place respectée dans le monde, et ce notamment grâce à l'appartenance à une Union européenne qui pourrait aller s'améliorant.

A ce niveau du choix il reste bien sur de nombreux éléments qui vont entrer en ligne de compte : l'un serait plus expérimenté, l'autre apporte une vision plus neuve. L'un pourrait disposer d'une majorité plus homogène (?) lui facilitant l'exercice du pouvoir, l'autre serait susceptible de disposer d'une majorité plus large et plus nouvelle, si les électeurs poursuivent leur logique à travers les législatives. Leurs programmes en général sont assez différents.

En ce qui me concerne ma préférence électorale va vers le second, Emmanuel Macron pour le nommer. Cet homme me semble avoir pour lui l'avantage de l'âge, une expérience suffisante de ce qu'est le pouvoir même s'il ne l'a que peu exercé directement, une vision plus globale des besoins de notre société et de notre jeunesse. Il est le seul à pouvoir initier un véritable mouvement sociétal qui ne soit pas pour autant un saut dans l'inconnu. Il sait faire preuve de beaucoup de réalisme et de sens tactique. Et je dois dire que ma position est d'autant plus le fruit d'un exercice de raisonnement que son programme fiscal m'est moins favorable que celui de François Fillon.

Je suis convaincu que c'est par le raisonnement en fonction de l'intérêt général de nos concitoyens français et européens qu'il convient de déterminer son vote. Tout vote qui est le fruit d'un tel raisonnement sera respectable.

D'une manière générale, sauf règle de copyrigt particulière figurant en tête ou en pied d'un article, vous êtes libre de partager – de copier, distribuer et transmettre les fichiers publiés sur ce site  sous les conditions suivantes de paternité : Vous devez citer le nom de l’auteur original de la manière indiquée par l’auteur de l’œuvre ou le titulaire des droits qui vous confère cette autorisation (mais pas d’une manière qui suggérerait qu’il vous soutienne ou approuve votre utilisation de l’œuvre). Pas de modification - Vous n'avez pas le droit de modifier, de transformer ou d'adapter les fichiers publiés sur ce site.

Login Form